Formateur, formatrice et formation | Formateur / Formatrice | Alertes sanitaires | Rappel sur la contre-indication des A I N S à partir du début du 6e mois de la grossesse, quelle que soit la voie d'administration

Rappel sur la contre-indication des A I N S à partir du début du 6e mois de la grossesse, quelle que soit la voie d'administration

Taille de la police: Decrease font Enlarge font

Information destinée aux médecins généralistes, gynécologues-obstétriciens, chirurgiens-dentistes, O.R.L, pharmaciens, rhumatologues, gastro-entérologues, sages-femmes, stomatologues, kinésithérapeutes, médecins du sport et urgentistes

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont contre-indiqués chez la femme enceinte à partir du début du 6ème mois de la grossesse (c'est-à-dire à partir de 24 semaines d'aménorrhée), y compris par voie cutanée. En effet, ils sont responsables d'une toxicité foetale et néonatale grave, voire fatale : mort foetale in utero, mort néonatale, atteintes rénales et/ou cardio-pulmonaires néonatales.

Ces atteintes sont consécutives à une inhibition de synthèse des prostaglandines foetales due aux AINS pris par la mère. En effet, tous les AINS (y compris l'aspirine lorsque la posologie est supérieure ou égale à 500mg/j et les inhibiteurs de COX2) sont des inhibiteurs de synthèse des prostaglandines. La toxicité foetale induite par la prise maternelle d'AINS, en particulier à partir de 24 semaines d'aménorrhée, consiste essentiellement en une vasoconstriction cardiopulmonaire et rénale foetales :

• Constriction du canal artériel in utero pouvant provoquer :

- une mort foetale in utero liée à la constriction complète et brutale du canal artériel, même lors de prises très brèves, voire en prise unique, à posologie usuelle. Le risque est d'autant plus important que la prise est proche du terme. En effet, le canal artériel est maintenu ouvert pendant toute la vie foetale grâce à une prostaglandine vasodilatatrice dont la sécrétion augmente en fin de grossesse.

- une insuffisance cardiaque droite foetale avec hypertension artérielle pulmonaire liée à la constriction partielle du canal artériel dont l'évolution peut être mortelle chez le nouveau né.

• Toxicité rénale parfois irréversible se traduisant par une diminution du liquide amniotique chez le foetus (oligoamnios ou un anamnios) et une insuffisance rénale chez le nouveau né.

Rappelons que le passage systémique des AINS par voie cutanée n'est pas négligeable. Ce passage est d'autant plus important que l'application s'effectue sur une surface cutanée importante, en pansement occlusif ou de façon répétée, y compris en usage professionnel comme par exemple par les femmes kinésithérapeutes enceintes.


Ajouter à: Add to your del.icio.us del.icio.us | Digg this story Digg


Comparateur mutuelle santé, prévoyance

Devis mutuelle santé 100% gratuit et sans engagement.
Remplissez une seule demande pour comparer les tarifs, les garanties et les niveaux de remboursements des meilleures mutuelles santé du marché et économiser jusqu'à 300 euros par an.







  • email Envoyer par email à un ami
  • print Version imprimable
Estimez cet article
0